Apaches Villeneuvois
  COMPOUND
 

Pour bien comprendre le fonctionnement d'un arc à poulies, 
il faut d'abord comprendre le fonctionnement du bras de levier. 
Je vais essayer d'expliquer tout cela dans une logique simple,
sans trop entrer dans les détails.

 

Tout le principe du bras de levier est expliqué dans le dessin. 
Par exemple, supposons que la longueur L2 fasse 2 fois la longueur L1.
On accroche un poids R de 100 kg. Il suffit donc, en appliquant la formule,
un poids P de 50 kg pour équilibrer le bras de levier.

 

Extrapolons à la poulie : 
l'axe de la poulie n'est pas au centre. 
On dit que la poulie est excentrée. 
Pour une force R de 50 livres côté arc, il suffit d'une force P de 25 livres côté archer.

Le déplacement P de la corde est égale au déplacement R de la corde primaire.

 

 

 

Les branches ne vont pas pouvoir se déplacer sur une grande distance.

Si nous souhaitons avoir un déplacement R inférieur à P,
 il faut une seconde poulie ou came plus petite, dépendante de la première.


Etablissons maintenant, avec l'aide d'un peson et d'une flèche graduée, 
la courbe de relation puissance / allonge.

Au début de l'armement de l'arc, l'archer à besoin de beaucoup de puissance.
 Le pic correspond à la puissance maximale de l'arc. 
Puis, on arrive sur la pente. L'arc devient plus doux jusqu'à la vallée 
où l'archer n'a plus que 25 livres entre les mains.

Le mur correspond à la tension maximal de l'arc.
 L'archer tire maintenant sur les branches. 
L'allonge réelle de l'archer est mesurée lorsque l'arc a atteint le début du mur.

Lorsqu'il lâche la corde, la flèche prend de la puissance progressivement 
jusqu'au pic où l'arc donne toute son énergie.

Cette courbe est mesurée sur des cames très ovales. 
On constate que la pente est plus raide que dans la courbe ci-dessus.
 Le départ de la flèche sera donc plus rapide.

 


Le schéma ci-dessous donne la cinématique de l'arc à poulies.

La taille de l'arc et la puissance doivent être adapté à l'archer. Voici un tableau qui peut vous aider :

Allonge (en pouces)

Hauteur d'arc (en pouces)

25 à 27"

58"

27 à 28"

60"

28 à 29"

62"

29 à 32"

64"

30 à 34"

66"

 

 

 

La puissance maximale autorisée en compétition est de 60 livres. 
En tir 3D ou Nature, on peut aller au-delà.

En chasse, il faut prendre en considération sa possibilité 
musculaire à froid, sans échauffements. 
Mais il faut aussi choisir une forte puissance.
 La puissance maximale courante proposée dans le commerce est de 70 livres.

La puissance d'un arc à poulies est généralement réglable 
sur une plage de 15 livres. Il suffit d'une clé Allen pour la régler.
 Il faut se référer à la documentation du constructeur. 
Par exemple, si on vous dit 5 tours maximum, cela fait 15/5 soit 3 livres par tour.

Pour un confort en tir optimum, le poids de l'arc doit être adapté à l'archer. 
Moins de fatigue du bras d'arc permettra une meilleure précision.

 

One Cam

Rondes des deux côtés, les poulies
One Cam sont excentrées.
La vitesse est plus lente que 
les autres formes.
 L'arc est plus stable. 
Idéal pour le tir Campagne.

Soft Cam

Rondes du côté de la corde 
et ovales du côté des câbles. 
On passe assez facilement le Pic 
vers la Vallée, sans trop d'effort physique. 
Pour la compétition.

Cam

De formes très ovales, 
ce sont les plus dures. 
Le cap du pic est difficile à passer. 
L'arc aura une puissance élevée 
et sera très nerveux. 
Tir Nature, 3D et Campagne.

Il faut vérifier que les deux poulies soient réglées dans le même 
cran pour que la synchronisation se fasse.

Vitesse :

La vitesse est donnée soit à la norme IBO 
(International Bowhunting Organization of USA), soit à la norme AMO
(Archery Manufacturers Organization).

 

Comme l'arc classique, la corde la plus utilisée est en Fast Flight. 
La longueur de la corde est un choix à ne pas négliger 
sous peine de détérioration du matériel.
Sauf qu'ici, on a 3 câbles. Une corde pour le tir en Fast Flight 
et deux câbles de tension en acier ou en Fast Flight.

La visette s'insère dans les brins de la corde, au niveau de l'oeil. Elle devra être mobile sur environ 1 cm. Changer la position de la visette entraînera la reprise du réglage du viseur.

Lorsque les réglages sont faits, elle est bloquée par des ligatures solides.

Un tranchefil central permet de supporter la traction des doigts ou du décocheur.

 

L'allonge de l'arc à poulies est différente de l'arc classique. 
Elle varie suivant le matériel : 
décoche manuelle ou utilisation du décocheur par exemple. 
Elle se mesure, les poulies étant arrivées à leur maximum (position de blocage).

Les poulies à allonge multiple peuvent permettre un réglage d'allonge
 correspondant à la morphologie de l'archer. 
Des crans ou des vis permettent des pas de 1 ou 1/2 pouce 
(exemple : poulie de 27 à 29").

Fig 1

Fig 2

L'ancrage 
(fig 1) se fait plus en arrière que sur un arc classique (Fig 2). Il faut en plus, que l'oeil soit le plus près possible de la visette.

 

 























Le tiller est le réglage qui permet de synchroniser le départ des branches et de leur arrivée, donnant ainsi un déplacement linéaire du point de poussée de la corde sur la flèche.

Le déplacement de la flèche doit être le plus linéaire possible. Il faut que les distances entre la base de la branche supérieure et la corde (arc bandé) et entre la base de la branche
 inférieure et la corde (arc bandé)  soient égales. La synchronisation 
des branches (départ et arrivée) peut alors se faire. Contrairement à 
l'arc classique sur lequel on va plus solliciter une des deux branches, 
l'arc à poulie solicitera les branches de la même manière.

Le tiller haut (TH) est la différence entre la distance 
entre la corde et la base de la branche supérieure.

Le tiller bas (TB) est la distance entre la corde et la base
 de la branche inférieure.

Le tiller haut doit être égal au tiller bas.

Le tiller est la différence entre le tiller haut et le tiller bas.
 La bonne valeur est 0 pour l'arc à poulie.

 

tiller arc à poulie 

tiller haut - tiller bas = 0

 

Notas :

  • le tiller peut compenser une différence de puissance
  • des branches.
  • On parle de tiller force et non plus de
  • tiller géométrique.
  • Le réglage du tiller entraîne un réglage du détalonnage.

Grande allonge
 =


grande
puissance

Petite allonge 
=
 
petite puissance

 

L'angle de corde doit former un angle avec les poulies de 90 à 100°.

 






















Il y a 4 réglages :

Latéral le repose flèche doit être dans l'alignement du point 
de repère du viseur et la corde (Centre Shot)
Vertical a travailler avec le détalonnage
Profondeur plus le repose flèche est loin de la corde, 
plus précis est le tir.
Force du ressort doit être assez élevée (30 à 50 g) pour que l'inclinaison 
reste la même

 

Le détalonnage, c'est la hauteur de la position de la flèche
 sur la corde par rapport à l'horizontale (son angle).

C'est donc le réglage du point d'encochage.

Le détalonnage est le réglage qui suit le réglage du tiller.

Si le détalonnage n'est pas correct, la flèche va faire un mouvement 
d'oscillation verticale (marsouinage).

Le détalonnage se règle en positionnant les repères d'encochage 
(nocksets) sur la corde et se mesure en utilisant l'équerre graduée.
On mesure la hauteur au dessus du nockset du bas par rapport à l'horizontale.
La valeur est celle du tiller à savoir proche de zéro. 

On sépare juste les nocksets de 4 à 7 mm (pour laisser la place à l'encoche)
par rapport à ce zéro.
Certains archers montent le point d'encochage à 6.3 mm 
au dessus de la perpendicualire.

 

On tire 3 flèches empennées et 3 flèches sans plumes à une distance de 15 mètres.

Si les flèches sans plumes se plantent plus haut que les plumes empennées, il faudra monter le point d'encochage.

Si les flèches sans plumes se plantent à même hauteur que les plumes empennées, le réglage est correct.

Si les flèches sans plumes se plantent plus bas que les plumes empennées, il faudra descendre le point d'encochage.

 

Tout d'abord, vérifier l'alignement du viseur en le réglant au plus haut. Alignez-le sur la corde, puis réglez-le au plus bas. Vérifiez que le viseur soit bien aligné sur la corde. Dans le cas contraire, il est mal monté, ou tordu. Il faut le redresser ou ajouter une cale.

  • Si vous tirez trop haut vous devez monter le curseur du viseur
  • Si vous tirez trop bas vous devez descendre le curseur
  • Si vous tirez trop à droite vous devez pousser le curseur vers la droite
  • Si vous tirez trop à gauche vous devez pousser le curseur vers la gauche
  •  

    La correction du viseur s'effectue toujours dans le sens du défaut

     

     

     

    On utilise un système de visée à mires multiples pour permettre 
    le tir à plusieurs distances.

    Il est important de pouvoir régler la sensibilité de la gâchette.

     

    La stabilisation permet une meilleure stabilité lors de la visée. 
    L'arc à poulies étant plus stable qu'un arc classique,
     l'archer peut se permettre d'ajouter un stabilisateur plus léger.
     La bonne longueur du stabilisateur central est la longueur de l'allonge,
     plus 3 à 5 pouces.

     

     

     

     
      Aujourd'hui sont déjà venu 2 visiteurswhaooo !!  
     
    => Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=